Un peu de pédagogie

Cet article est dédié à Marie Lys et Florence, mes 2 tantes qui ont « liké »,et même commenté un papier particulièrement aride sur le « benchmark européen des stratégies de méthanisation de l’ademe » ! Je vais être plus pédago aujourd’hui, et rapidement citer l’excellent Mr Moulinot, pionnier du trio des biodéchets, et particulièrement mis en lumière ces jours ci.

Encore ce matin, dans le cadre d’un long et intéressant reportage sur RFI sur le gaspillage alimentaire, Mr Moulinot cite quelques chiffres édifiants : chaque tonne de déchet alimentaire récupéré et méthanisé permet de générer 60m3 de biogas, soit 350kWh d’énergie, ou l’équivalent (vous voyez un peu la pédagogie !) de 1 machine à laver qui tournerait 1 heure pendant un an (ou, ça va de soi, de 350 machines à laver qui tourneraient ensemble pendant 1 heure). Cette tonne produit aussi du bon compost azoté, qui retourne aux champs et permet la production alimentaire, qui elle même finira dans les assiettes…

Multiplions ça par 20kg de déchets alimentaires par an et par français (500 euros gâchés, tout de même) ou par 17 millions de tonnes de biodéchets au total par an, et ça nous donne un joli potentiel, que le législateur commence à considérer. La loi oblige en effet les émetteurs de déchets à les trier à partir de 20 tonnes émises par an depuis 2015, et à partir de 10 tonnes par an l’an prochain. Autant dire que ça va concerner l’immense majorité des restaurants et, on peut l’espérer, contribuer à la réduction du gaspillage alimentaire.

En 2015, et sur un mode volontariste, ce sont aussi les cantines du 2e arrondissement qui s’attaquent à ce problème. C’est à lire sur le site du Parisien, à qui j’ai emprunté la photo en tête d’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *