2015, année du mouton vert en bois

Je n’invente rien, 2015, dans le zodiaque chinois, sera bien l’année du mouton, placé sous l’élément du bois et de la couleur verte. De bons auspices pour une année qui sera aussi celle d’une révolution si les grands projets en cours au Liban voient effectivement le jour.

Deux grands programmes devraient porteur leurs fruits dans les mois à venir :

* D’abord, et cela avait déjà été évoqué sur ce blog, l’OMSAR (l’Office of Minister of State for Administrative Reform), sur des financements de l’Union Européenne, prévoit d’allouer un budget de 35M€ pour soutenir la réhabilitation de 6 décharges et 7 projets de compost/tri/RDF. 2 projets ont été lancés, 2 autres sont en cours d’appel d’offre

* Ensuite, l’Etat (le CDR) est en passe de passer 6 appels d’offre correspondant à 6 zones de collecte et de traitement. Comme l’explique assez clairement un bon papier de Executive Magazine (http://www.executive-magazine.com/economics-policy/waste-management-cleaning-up), cela fait bien longtemps que le gouvernement libanais tente de construire et d’imposer un plan pour le traitement des déchets, et bien longtemps qu’il n’y arrive pas. A ce jour, si la collecte semble maîtrisée (les chiffres de 99% de collecte sont plus ou moins corroborées par ce que l’on voit au quotidien !), le traitement des 6 500 tonnes par jour de déchets est encore très rudimentaire. L’afflux massif de réfugiés syriens a un impact fort, que nous avons déjà décrit ici. Les réponses à l’appel d’offre sont attendues d’ici le 26 mai.

Une innovation majeure est d’avoir découpée en trois zones de service la région de Beyrouth et du Mont Liban, qui représente la moitié des déchets libanais et qui était jusque là chasse gardée de Sukleen, pour le modeste tipping fee de 130USD.

Les conditions de l’appel d’offre sont encore assez obscures pour moi, mais je vais essayer d’en savoir plus, je vous le promets, car je sais que cela vous tient à coeur !

Pour opposer l’expérience et le chiffre d’affaires attendus (80M pour Beyrouth, 65M pour Metn, Keserwan et Jbeil, 50M pour Baabda, Aley et Chouf), des joint venture avec des partenaires étrangers sont autorisés, sous réserve que chacun des partenaires dispose d’au moins 20% du chiffre d’affaires et que le consortium atteigne le chiffre d’affaires complet.

Un des gros intérêt de l’appel d’offre est qu’il est neutre d’un point de vue technologique. A priori tout est ouvert. Les enchérisseurs choisiront un site sur une liste pré établi (anciennes carrières…) et pourront choisir de créer une décharge scientifique (avec un plafond de 40% de déchets mis en décharge les 3 premières années et de 25% les 4 suivantes), un incinérateur, un méthaniseur, du compost… tout ça dans le cadre d’un contrat de 4 ans renouvelable une fois 3 ans. Cette durée de 7 ans me semble extrêmement courte et à vrai dire, j’ai encore du mal à imaginer comment des opérateurs vont se positionner sur des terrains probablement peu fiabilisés juridiquement, sur une durée aussi courte, sans possibilité à ce jour de réinjecter sur le réseau… Well, well. Je suis peut être pessimiste, mais j’ai en tout cas hâte de voir qui va répondre quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *