Le flux organique

En préambule, un petit mot sur la situation à Beyrouth où il semble qu’aucune solution n’ait encore été trouvé pour la collecte et la mise en décharge (sans parler même du traitement) des déchets ménagers.

J’ai hâte de revenir « au pays » pour voir tout ça de mes propres yeux, d’autant plus que de manière intéressante une série d’initiatives citoyennes voient le jour pour remédier autant que possible à cette crise. Arcenciel par exemple, qui collabore avec Uber pour la collecte (http://newsroom.uber.com/beirut/en/2015/07/uberrecycle/). Ou Ziad Abi Chaker, qui a tenté le 4 août un tri et un traitement mobile avec ses composteurs et quelques équipements rudimentaires. Après 14 heures de boulot, il a pu traité 285m3 de déchets. Un bon début ! qu’il analyse sur un intéressant post facebook.

Sinon, au cours de déambulations virtuelles, je suis tombé sur un site passionnant, qui vise à évangéliser le grand public sur la problématique du traitement des déchets organiques, que ce soit par compostage ou par méthanisation. A lire absolument sur http://www.organicstream.org/category/the-organic-stream/page/2/.

Ce flux m’a lui même renvoyé vers les actions de la FACT foundation (http://fact-foundation.com/who-we-are), qui s’intéresse exclusivement au petit biogas rural en Afrique et dans les pays en développement, mais qui ne manque pas de ressources et qui a l’immense avantage de rappeler que le biogas, on y rentre par l’énergie (ce côté magique qu’il y a à transformer de la merde en courant électrique) mais on y reste par son côté multidimensionnel, que ce soit sur l’enrichissement des sols, sur la gestion de déchets difficiles à traiter et qu’il est intéressant de traiter localement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *