Ne Fairmont pas la porte aux abeilles urbaines

Et aller un petit dernier pour la route, avant de quitter le Canada pour Cuba où je m’attends à découvrir une toute autre approche et pratique de fermacologie urbanistique.

Le hasard faisant bien les choses, on se trouvait, le jour de mes 45 ans, à Toronto (ville, tonton Thierry avait bien raison de le dire, qui vibre comme on aime, qui pulse, qui avance, qui se construit, on adore !). Et à Toronto, il y a un pionnier des abeilles sur toit, l’hôtel Fairmont York. Et dans l’hôtel Fairmont York, il y a le chef Robert, qui a gentiment accepté de nous faire la visite de ses 6 ruches (des centaines de millier d’abeille et autour de 200 kilos de miel par an), de ses hôtels à abeille sauvage, de ses petites caisses de vermicompost et de son très magnifique potager sur toit ! Tout ça est dans le powerpoint joint. Mais pour ceux qui auraient la flemme de lire, notez tout de même qu’à Fairmont, on trie dans les cuisines, on composte les déchets du restaurant, on utilise le miel du toit et les tomates du balcon. Bien sur, toute cette installation a avant tout un rôle pédagogique, mais elle illustre là encore de bien belles boucles du cycle organique.

A découvrir à Toronto ou sur http://m.fairmont.com/promotions/fairmontbees/ par exemple.

 

IMG_0375.JPG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *