Effectuations mayennaises

Pour ce post, l’écoute de meme les Watts s’impose. Un excellent et dynamique groupe mayennais…

Quelques belles (re)decouvertes en terre de Mayenne, qui n’en finit pas de combler mon appétence à l’entrepreneuriat et à l’effectuation.

Effectuation dans le sens d’une manière d’entreprendre qui part des ressources disponibles, du territoire tel qu’il est, qui fabrique de la limonade au fur et à mesure qu’on lui envoie des citrons, qui avance par étape en écoutant ses clients. Et qui, étrangement, n’a pas toujours l’impression qu’il est une entreprise.

A tout seigneur tout honneur, Au Local poursuit l’enrichissement de son offre et propose maintenant de ceuillir des tomates dans les serres pour 1€ le kilo, ou de ramasser des plantes aromatiques autour de la boutique. Très malin, pas sur-marketé, introduit tout simplement. Une belle manière d’équilibrer le modèle. Vente de légume, participation bénévole des clients qui acceptent de tenir la caisse, acceptation par les fondateurs d’une rémunération limitée… permettent de boucler une production bio, locale et pas chère.

La librairie J’M Lire, qui fait notre bonheur tous les jours sur la place de Chateau Gontier, fêtait ses 10 ans de belle manière, en faisant « librairie ouverte » toute la nuit et en proposant musique (meme les watts) et cocktails aux résidents et clients. Là encore, une offre commerciale, intelligente, adaptée à son environnement…

Centrale 7, enfin, un lieu unique conseillé par l’également unique Jean Dominique. Des ateliers d’artiste implantées dans une ancienne mine, qui mélange art, histoire et inscription territoriale.

Je ne voudrais pas paraître trop optimiste, mais j’ai l’impression que ces gens, ces entrepreneurs font partie du mouvement de « réaccaparation » de la propriété à laquelle renvoie Thomas Picketty dans son dernier opus (que je n’ai pas lu, je ne parle que sur la foi de sa très bonne interview sur Culture ce matin). Que le prêt d’honneur accompagne ces « petits » entrepreneurs dans l’accès à la propriété de leur travail et de leur outil de production me réjouit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *